Mystère médiéval – La Lanterne du Bon Dieu

Samedi 3 juillet 2021 à 18h et 20h et Dimanche 4 juillet 2021 à 20h

Parvis de la cathédrale de Metz – Rue d’Entrées

« Vous m’effrayez comme des Cathédrales » annonce le poète. Rien de tout cela dans le cœur de l’enfant… Cette cathédrale est une louange : elle accueille, elle réconforte. Depuis des Siècles, elle est ici la Cathédrale. Et lui, l’enfant, âgé de quelques années que l’on pourrait compter en jours, passe régulièrement devant cette « Dame de grâce », pourvoyeuse d’un bien-être inégalé. 

L’enfant court sur son parvis. Il chute sur les pavés, et se déchire les genoux et  pleure. Les baisers de sa mère sont sa guérison. Dans les bras de son père, il lève les yeux et entend les cloches… il ne pleure plus… voyant la démesure. Il est heureux. Dans les bras de son père, il est un géant, sur ses épaules, davantage encore : aussi grand que sa Cathédrale !

L’histoire de la cathédrale Saint-Étienne vous sera racontée ; mais sous l’éclairage d’une lanterne quelque peu magique où les mots de l’Histoire se transformeront en des légendes et des rumeurs.
Vous y verrez certains mystères contés de la bouche des « jongleurs de mots ». Vous croiserez des processions de pénitents qui trembleront à l’arrivée de l’An Mil. Attila ne vous épargnera pas, comme il fût sans pitié pour les Messins ; et le Graoully passera sous les armes de toute une foule d’enfants… car tous, en célébrant la mémoire de la Cathédrale de Metz nous redeviendrons des gosses tapageurs. Plus encore, nous jouerons des jeux médiévaux, nous frapperons nos épées et cracherons le feu !
Puis, viendra l’heure de la grande leçon de Pierre Perrat, l’architecte qui sût édifier si haut les voûtes de notre Cathédrale. Nous rendrons hommage aux grands bâtisseurs qui surent par leurs constructions donner une envolée exceptionnelle au plain-chant grégorien.
Les musiques chantées par la Maîtrise de la Cathédrale seront au chœur de notre belle et grandiose aventure. Musiques de toutes les époques, musiques de toutes les émotions. Cuivres et percussions, cloches et grandes Orgues renforceront cette joie d’une partition démentielle, à l’égale de notre « Dame de grâce ».
Comédiens, musiciens, chanteurs, jongleurs, escrimeurs, amateurs et professionnels vont conteront cette histoire de plusieurs siècles. Cette histoire qui continuera au-delà de 2020-2021 et qui nous donnera toujours autant d’espoir et d’émerveillement.

Cette histoire, c’est celle de « La Lanterne du Bon Dieu ».