Historique

Une tradition séculaire

Sous l’impulsion de saint Chrodegang, le chant messin se met en place et la première Maîtrise de la cathédrale de Metz voit le jour dès le VIIIème siècle. Elle disparaîtra comme bon nombre de maîtrises à la Révolution Française.

Au Moyen âge, elle était uniquement composée de jeunes garçons suivant la formation de l’école épiscopale tenue par des chanoines et qui se destinaient à devenir clercs.

Dès la Renaissance, elle prend de l’ampleur et devient école de chant. A cette époque, les jeunes ne s’orientaient plus forcément vers la vie cléricale mais prenaient des cours les préparant à une carrière musicale.

C’est à ce moment-là, que la Maîtrise se dota d’un ensemble instrumental.

La Maîtrise en 1945

La Maîtrise en 1945

Après la première guerre mondiale, la Maîtrise de Metz, en sommeil depuis la révolution, connut un renouveau. Elle devint alors un choeur composé de séminaristes et d’enfants qui atteint un bon niveau de qualité jusqu’au milieu du XXème siècle.

La renaissance

Souhaitée par Monseigneur Pierre Raffin, évêque de Metz, la renaissance de la Maîtrise de la cathédrale Siant Etienne date de 1996 et participe au mouvement de renouveau des Maîtrises observé dans les cathédrales françaises depuis quelques années.

Cette initiative renoue avec la tradition multiséculaire d’une école maîtrisienne rattachée à la cathédrale et contribue à mettre en valeur la cathédrale de Metz, haut lieu de l’art et de l’histoire en Lorraine.

La Maîtrise se compose aujourd’hui de trois chœurs d’enfants et d’adultes et participe à la vie liturgique de la cathédrale et de l’ensemble scolaire Jean XXIII de Montigny lès Metz.

Elle a pour principales missions :

  • promouvoir la qualité du chant dans le cadre de la liturgie et de l’animation culturelle,
  • assurer les formations musicales, vocales et spirituelles,
  • favoriser toute initiative en faveur du chant choral.

La Maîtrise perpétue la mémoire vivante du chant grégorien permettant ainsi la diffusion d’un patrimoine musical né à Metz au VIIIème siècle avant de se répandre à travers tout l’Occident.

Elle est également un centre de formation ouvert aux chorales de la région et un espace qui contribue au développement de la musique contemporaine.